Logo UNICEF Innocenti
Office of Research-Innocenti
menu icon

Let Us Continue Learning

Lessons from Madagascar for improving access and retention of vulnerable children in secondary school
Let Us Continue Learning: Lessons from Madagascar for improving access and retention of vulnerable children in secondary school

Author(s)

Marco Valenza; Cirenia Chávez; Annika Rigole; Andrea Clemons; Alvaro Fortin; Erica Mattellone

 

Publication date: 2021-04

Publication series:
Innocenti Research Briefs

No. of pages: 10

Download the report

(PDF, 0.74 MB)(PDF, 0.68 MB)(PDF, 0.70 MB)

Related Project(s):

Abstract

Malagasy adolescents face severe challenges in accessing and completing basic education. Among those students who complete the primary cycle, one in four does not transition into lower secondary school. Economic constraints among vulnerable households coupled with low-quality education result in widespread dropout and poor learning outcomes.

Acknowledging these multidimensional barriers, UNICEF Madagascar leveraged funds from the Let us Learn (LUL) programme to implement a two-pronged strategy to support Malagasy children in accessing and continuing lower secondary school. The Catch-up Classes provide out-of-school adolescents with a learning pathway to build the foundational literacy and numeracy skills they need to resume studying in formal school. Conditional cash transfers target families with children who are at risk of abandoning school after completing the primary cycle.

This brief builds on programme monitoring data, impact evaluations and qualitative insights from the field to highlight lessons learnt and actionable recommendations for accessing and continuing vulnerable children’s secondary education.

Available in:
English

More in this series: Innocenti Research Briefs

Mitigating the socioeconomic impacts of COVID-19 with a cash transfer in peri-urban Kinshasa, Democratic Republic of the Congo
Publication

Mitigating the socioeconomic impacts of COVID-19 with a cash transfer in peri-urban Kinshasa, Democratic Republic of the Congo

In an effort to mitigate the negative socioeconomic consequences of the COVID-19 containment measures in the Democratic Republic of the Congo (DRC), UNICEF and the World Food Programme initiated a cash transfer programme in the peri-urban commune of Nsélé, near Kinshasa, the capital of DRC. The intervention reached about 23,000 households in the initial humanitarian phase which lasted for 3 months, and then scaled down to reach about 16,000 of the most vulnerable households for an additional 6 months of a social protection phase. A complimentary intervention to the cash transfer trained local associations and communities in women’s leadership, women’s rights, gender-based violence and positive masculinity, and financial management of income-generating activities. This brief presents the design of an impact evaluation of the intervention, the findings from the evaluation, and recommendations for policy and further research. The quantitative analysis found limited impacts of the intervention on household food security, resilience based coping, and dietary diversity which were the primary outcomes of interest. Qualitative interviews however showed more positive experiences and appreciation for the intervention. The study attributes the limited impacts of the intervention to challenges with implementation which needs to be addressed before scaling up. Important lessons about targeting will help the Government with designing the national comprehensive register for social protection.
Data Must Speak: Assurer la formation, l’affectation efficace et la féminisation du corps enseignant pour améliorer les taux de promotion
Publication

Data Must Speak: Assurer la formation, l’affectation efficace et la féminisation du corps enseignant pour améliorer les taux de promotion

Le système éducatif tchadien fait face à de nombreux défis. Il est donc important de comprendre quelles ressources et quels facteurs contextuels sont associés à de bonnes performances scolaires au Tchad. Cette note thématique sur assurer la formation, l’affectation efficace et la féminisation du corps enseignant pour améliorer les taux de promotion fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la première étape quantitative de la recherche Data Must Speak sur les approches modèles positives au Tchad. En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Tchad, cette série de notes thématiques met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Tchad. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Tchad et dans d'autres pays intéressés.  Data Must Speak - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS sur les approches modèles positives est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'Éducation et des partenaires clés. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de sur les modèles positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions concrètes pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale. La recherche DMS est actuellement mise en œuvre dans 14 pays : Brésil, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, République démocratique populaire lao, Madagascar, Mali, Népal, Niger, République-Unie de Tanzanie, Tchad, Togo et Zambie.
Data Must Speak: Donner à toutes les filles la chance de réussir et réduire les inégalités de genre dans les écoles primaires
Publication

Data Must Speak: Donner à toutes les filles la chance de réussir et réduire les inégalités de genre dans les écoles primaires

Le système éducatif tchadien fait face à de nombreux défis. Il est donc important de comprendre quelles ressources et quels facteurs contextuels sont associés à de bonnes performances scolaires au Tchad. Cette note thématique sur le thème du genre fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la première étape quantitative de la recherche Data Must Speak sur les approches modèles positives au Tchad. En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Tchad, cette série de notes thématiques met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Tchad. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Tchad et dans d'autres pays intéressés.  Data Must Speak - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS sur les approches modèles positives est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'Éducation et des partenaires clés. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de sur les modèles positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions concrètes pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale. La recherche DMS est actuellement mise en œuvre dans 14 pays : Brésil, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, République démocratique populaire lao, Madagascar, Mali, Népal, Niger, République-Unie de Tanzanie, Tchad, Togo et Zambie.
Data Must Speak: L’importance des intrants scolaires pour améliorer les taux de promotion
Publication

Data Must Speak: L’importance des intrants scolaires pour améliorer les taux de promotion

Le système éducatif tchadien fait face à de nombreux défis. Il est donc important de comprendre quelles ressources et quels facteurs contextuels sont associés à de bonnes performances scolaires au Tchad. Cette note thématique sur l’importance des intrants scolaires pour améliorer les taux de promotion fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la première étape quantitative de la recherche Data Must Speak sur les approches modèles positives au Tchad. En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Tchad, cette série de notes thématiques met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Tchad. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Tchad et dans d'autres pays intéressés.  Data Must Speak - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS sur les approches modèles positives est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'Éducation et des partenaires clés. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de sur les modèles positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions concrètes pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale. La recherche DMS est actuellement mise en œuvre dans 14 pays : Brésil, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, République démocratique populaire lao, Madagascar, Mali, Népal, Niger, République-Unie de Tanzanie, Tchad, Togo et Zambie.