Logo UNICEF Innocenti
Office of Research-Innocenti
menu icon

Utilizing Qualitative Methods in the Ghana LEAP 1000 Impact Evaluation

UNICEF -

Author(s)

Michelle Mills; Clare Barrington

 

Publication date: 2016-02

Publication series:
Innocenti Research Briefs

No. of pages: 4

Download the report

(PDF, 0.41 MB)

Abstract

Sharing of good, practical research practices and lessons learned from development and humanitarian contexts is in high demand not only within UNICEF, but also in the broader international development and humanitarian community, ‘Impact Evaluation in the Field’ complements other methodological briefs by discussing how textbook approaches are applied in often challenging, under-resourced development contexts as well as the innovative solutions that are needed to ensure that practical demands do not compromise methodological rigour. The series will grow over time, allowing UNICEF staff and partners to share new experiences and approaches as they emerge from applied research. The overarching aim is to contribute to strengthening capacity in research and evaluation, improving UNICEF and partners’ ability to provide evidence-based, strategic, long-term solutions for children. This methodological brief focuses on the qualitative component of the evaluation of the Ghana Livelihood Empowerment against Poverty (LEAP) 1000. Quantitative measures will indicate if LEAP 1000 reduces child poverty, stunting and other measures of well-being, while qualitative research explores in more depth the reasons why and how this may or may not be happening.

Available in:
English

More in this series: Innocenti Research Briefs

Data Must Speak: L’importance de l’infrastructure dans les écoles primaires publiques
Publication

Data Must Speak: L’importance de l’infrastructure dans les écoles primaires publiques

 L’amélioration de l’accès de tous les enfants en âge d’être scolarisés à une éducation de qualité est l’une des priorités du Gouvernement de Madagascar. Le Plan sectoriel de l’éducation 2018-2022 définit des objectifs ambitieux dans ce sens, mais d’importants défis restent à relever pour améliorer l’apprentissage et la rétention scolaires. Cette note de politique générale - sur les ressources et infrastructures spécifiques qui pourraient améliorer le système éducatif malgache - fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la phase quantitative de la recherche sur la déviance positive menée au Madagascar dans le cadre du projet Data Must Speak (DMS). En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Madagascar, cette série met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Madagascar. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Madagascar et dans d'autres pays intéressés.  DMS - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'éducation et les principaux partenaires. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de la déviance positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions de base pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale plus large des parties prenantes de l'éducation.  La recherche DMS est actuellement mise en œuvre dans 14 pays : Brésil, Burkina Faso, Tchad, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, République démocratique populaire lao, Madagascar, Mali, Népal, Niger, République-Unie de Tanzanie, Togo et Zambie.
Data Must Speak: Le profil des directeurs et des enseignants  dans les écoles primaires publiques
Publication

Data Must Speak: Le profil des directeurs et des enseignants dans les écoles primaires publiques

L’amélioration de l’accès de tous les enfants en âge d’être scolarisés à une éducation de qualité est l’une des priorités du Gouvernement de Madagascar. Le Plan sectoriel de l’éducation 2018-2022 définit des objectifs ambitieux dans ce sens, mais d’importants défis restent à relever pour améliorer l’apprentissage et la rétention scolaires.   Cette note de politique générale - sur le profil des directeurs et des enseignants dans les écoles publiques - fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la phase quantitative de la recherche sur la déviance positive de Data Must Speak (DMS) au Madagascar. En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Madagascar, cette série met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Madagascar. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Madagascar et dans d'autres pays intéressés.  DMS - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'éducation et les principaux partenaires. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de la déviance positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions de base pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale plus large des parties prenantes de l'éducation.  La recherche DMS est actuellement mise en œuvre dans 14 pays : Brésil, Burkina Faso, Tchad, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, République démocratique populaire lao, Madagascar, Mali, Népal, Niger, République-Unie de Tanzanie, Togo et Zambie. 
Data Must Speak: Les performances scolaires des filles à l’école primaire
Publication

Data Must Speak: Les performances scolaires des filles à l’école primaire

L’amélioration de l’accès de tous les enfants en âge d’être scolarisés à une éducation de qualité est l’une des priorités du Gouvernement de Madagascar. Le Plan sectoriel de l’éducation 2018-2022 définit des objectifs ambitieux dans ce sens, mais d’importants défis restent à relever pour améliorer l’apprentissage et la rétention scolaires. Cette note de politique générale - sur les performances scolaires des filles à l'école primaire - fait partie d'une série qui présente les principaux résultats de la phase quantitative de la recherche sur la déviance positive menée par Data Must Speak (DMS) au Madagascar. En fusionnant et en analysant les ensembles de données administratives existants au Madagascar, cette série met en évidence les ressources spécifiques et les facteurs contextuels associés aux bonnes performances scolaires au Madagascar. Plus important encore, elle vise à informer le dialogue politique et la prise de décision au Madagascar et dans d'autres pays intéressés.   DMS - une initiative mondiale mise en œuvre depuis 2014 - vise à combler les lacunes en matière de preuves pour atténuer la crise de l'apprentissage en utilisant les données existantes. La recherche DMS est cocréée et mise en œuvre conjointement avec les ministères de l'éducation et les principaux partenaires. La recherche DMS s'appuie sur des méthodes mixtes et des approches innovantes (c'est-à-dire l'approche de la déviance positive, les sciences du comportement, la recherche sur la mise en œuvre et la science de la mise à l'échelle) pour générer des connaissances et des enseignements pratiques sur " ce qui fonctionne ", " pourquoi " et " comment " mettre à l'échelle des solutions de base pour les décideurs politiques nationaux et la communauté internationale plus large des parties prenantes de l'éducation. 
Building Bright Futures: What is needed to expand early childhood education and care for Ukraine's refugee children
Publication

Building Bright Futures: What is needed to expand early childhood education and care for Ukraine's refugee children

Nine out of every 10 refugees arriving in host countries from Ukraine are women and children. Only 1 in 3 of Ukrainian refugee children are enrolled in early childhood education and care services. This emphasizes the need for expanding and strengthening early childhood education systems to ensure sufficient access for all children, and the integration of Ukranian refugee children in the host-community. These briefs offer recommendations for policymakers on ways to expand services, and how to facilitate the integration of refugee children and their families. Strategies include limiting the barriers that may hinder refugee children's access to ECEC settings, capitalizing existing physical and human resources to address gaps in service delivery, in addition to the inclusion of refugees in national and sub-national plans, data systems and financing, adapting policies and programmes to ensure considerations are made for refugee children.